Projets

Résidences nomades 2016-2021

Résidences curatoriales nomades 

LE PROJET

La résidence curatoriale nomade mise en place par Arts en résidence - Réseau national, propose régulièrement à un.e commissaire d'exposition ou critique d'art d'être accueilli.e dans trois structures du réseau à l'occasion de trois séjours d'un mois.
Ce projet est à considérer comme une résidence de rencontres et de mise en relation avec de nombreux acteurs des différents territoires, et dont chaque structure se fait l’intermédiaire facilitateur. Il s'agit de rencontrer et dialoguer avec la scène locale, dans la variété des contextes offerts par chacun des lieux.

Les objectifs

- Favoriser la rencontre et le dialogue entre artistes et commissaire/critique ;
- Créer une opportunité professionnelle de recherche, de développement de contacts et de découverte d’artistes à un.e jeune commissaire ;
- Participer à la visibilité des artistes des différents territoires et favoriser par rebond leur rayonnement et leur mobilité ;
- Offrir un cadre de travail nomade au commissaire, dans une dynamique de circulation et de réseau propre à la réalité professionnelle de notre secteur ;
- Associer temporairement un professionnel extérieur aux activités des structures selon des modalités propres à chacune.

LA RÉSIDENCE CURATORIALE / amanda abi khalil / 2021 :

Dans la suite de la catastrophe ayant touché Beyrouth le 4 août 2020,  et pour permettre à un·e professionnel·e de s'extraire momentanément d'un contexte de vie et de travail éprouvé par une crise aux multiples facettes, la résidence 2021 s'inscrit dans le cadre d’une collaboration avec l'Institut français du Liban et du programme NAFAS - 100 résidences d'artistes libanais en France et l'appel à candidature a été lancé en direction exclusive d'un·e commissaire résidant au Liban. Elle a accueilli la commissaire d’exposition libanaise Amanda Abi Khalil.

Amanda Abi Khalil mène une pratique de médiation de l’art contemporain à l’international à travers le commissariat d’expositions, des commandes publiques et des collaborations avec des artistes, institutions, fondations et foires, s’intéressant particulièrement aux pratiques sociales de l’art et au questionnement du format d’exposition.

Elle a été accueillie par 4 membres du réseau Arts en résidence de septembre à décembre 2021 : Maison Salvan (Labège-Toulouse), le Centre d’arts Fernand Léger (Port de Bouc), Finis terrae - Centre d'art insulaire (Ouessant), et thankyouforcoming (Nice et Côte d'Azur).

Cette résidence contribue aux recherches qu’Amanda Abi Khalil a entamées depuis plus de trois sur la question de l’hospitalité dans le monde de l’art, explorant la tension fructueuse entre les expectatives de celui qui accueille et de celui qui est accueilli, mais aussi la position particulière du commissaire en résidence, à la fois “guest” et “host”, c’est à dire invité comme futur accueillant.

Elle se déroule en lien avec TAP (Temporary Art Platform), qu’Amanda Abi Khalil a fondé en 2014 à Beyrouth. Cette plateforme curatoriale internationale engagée dans les pratiques contextuelles, publiques et sociales dans l’art contemporain est à l’initiative de résidences d’artistes, de commandes publiques, de projets de recherche sur les pratiques dans les espaces publics et vise à la médiation entre arts, territoires et sociétés. togetherwetap.art

BIllet

20 Octobre 2021. Dans un train reliant Marseille à Paris avant de rejoindre l’île de Ouessant. Il y a un peu plus d’un mois que je suis arrivée. Plus d’un mois que je peine à trouver les mots justes pour décrire ce que veut dire ‘’être en résidence nomade’’ lorsque nous:  TAP, mon équipe et moi-même sommes en exil  (encore une fois) forcés au nomadisme. Je me suis longtemps penchée sur les conditions de l’hospitalité, domestique mais surtout institutionnelle dans le champ de l’art. Il est question de rituels, de language et de traductions (parfois impossibles) entre le language de celui qui reçoit et sa capacité d’écoute d’une part et les conditions (psychologiques, matérielles et de réciprocité de celui qui est accueilli). Les mots sonnent comme des euphémismes pour décrire la complexité de ce moment, un jour commissaire invitée, un jour exilée cherchant des issues. A Labège, j’ai trouvé une maison, elle s’appelle Salvan, dans laquelle j’ai reçu des convives autour d’un repas froid, certains ont connu un choc d’explosion de Nitrate d’Ammonium, on a parlé d’échelle.
Décalage.
 Impossibilité de traduire. 
Vingt jours d’intenses rencontres et l’expérience d’un printemps en septembre, c’était la première escale. 
Port-de-Bouc m’a rapprochée de toi. C’est la mer, elle était sous ma fenêtre.  Ce cimetière de migrants noyés, ces vagues douces qui ont enregistré l’impact de l’explosion. Je savais que de l’autre côté, tu étais plongée dans le noir et que dans obscurité de tes rues, la famine se fait entendre. Je ne veux parler que de toi, je ne veux écrire que sur toi.  Il se passe plus de choses quand on voit l’horizon. 

Ce soir, mon corps est dans un train, en réalité je suis restée là-bas. Je ne peux envoyer d'essence, de viande ou de traitement pour le cancer pour mon oncle mourant, mais à l’issue de cette deuxième escale, la proposition de transformer TAP en lieu d’accueil en France en collaboration avec quelques institutions alliées et complices dans les valeurs et l’éthique du travail curatorial se matérialise. 

Pour l’anniversaire de la révolution on a partagé un repas avec Catherine à Beaucaire. 

6 semaines de résidence… 

Nafas. Respirer en Arabe.

Questionner la violence que l’altérité produit n’est jamais bienvenu.

Amanda Abi Khalil - TAP (Temporary Art Platform)
Octobre 2021 - TGV INOUI 6180

Dossier de presse

Communiqué de presse du programme NAFAS

Les résidences « NAFAS » (de l’arabe نفس, «souffle») représentent une respiration pour les artistes libanais afin qu’ils puissent maintenir une activité de création dans le cadre d’échanges culturels avec la France. Ce programme vise à soutenir les artistes, créateurs et professionnels de la culture libanais pour des résidences sur l’ensemble du territoire français métropolitain, pendant une durée définie. Il a pour objectif de les accompagner dans le développement d’un projet de recherche et de création, dans tous les secteurs de la création contemporaine.

LA RÉSIDENCE CURATORIALE / gabrielle camuset / 2020 :

En 2020, c'est Maison Salvan (Toulouse-Labège), Artistes en résidence (Clermont-Ferrand), voyons voir | art contemporain et territoire (Aix-en-Provence), membres du réseau Arts en résidence- Réseau national, qui accueillent le projet.
La résidence s'inscrit cette année dans le cadre d’une collaboration avec Le Cube - Independent art room (Rabat, Maroc) et l'appel à candidature a été réservé à un.e commissaire issu.e du territoire marocain. C'est la commissaire Gabrielle Camuset qui a été retenue pour cette édition. Elle a été accueillie lors de 3 séjours d'un mois.

Dossier de presse- Édition 2020

pre_sentation.jpg

LA RÉSIDENCE CURATORIALE / NICOLAS DE RIBOU / 2017 :

L’expérience de la résidence nomade a été réitérée en 2017, portée cette fois-ci par la malterie (Lille), la Kunsthalle (Mulhouse), Artistes en résidence (Clermont-Ferrand) et voyons voir (Aix-en-Provence). La résidence curatoriale itinérante a fait l’objet d’un appel à candidatures, suite auquel Nicolas de Ribou a été sélectionné.

Au cours des deux séjours effectués dans chacun des lieux, la possibilité a été donnée à Nicolas de Ribou de rencontrer de nombreux artistes et acteurs des territoires traversés, dans la variété des contextes offerts par chacune des structures. Un blog a constitué le fil rouge de sa résidence.

Lien vers le blog.

img_theo_romain.jpg

LA RÉSIDENCE CURATORIALE /  ISABELLE HENRION / 2016 :

La Kunsthalle (Mulhouse), Artistes en résidence, (Clermont-Ferrand), le BBB Centre d’art (Toulouse), la malterie (Lille) ont conçu ensemble une résidence expérimentale, proposée à un commissaire et/ou critique et lui permettant de circuler entre les quatre lieux à l’occasion de différents séjours.

Le programme s’est développé autour de trois périodes d’un mois, composées à chaque fois d’un séjour d’une semaine dans chacun des 4 lieux de résidence, réparties de juin à décembre 2016. Ce calendrier, alternant séjours sur place et périodes de prises de distance, a immédiatement inscrit le projet dans une certaine durée et permis cette double dynamique de spontanéité et de construction, de disponibilité et d’analyse. Le commissaire a été amené à rencontrer et dialoguer avec la scène locale, dans la variété des contextes offerts par chacun des lieux. Comme fil rouge de sa résidence, un carnet de bord est disponible en ligne.

Lien vers le blog.